Musique

SAM's mixtape #11

Par Mathilde Janin   
Le 11/05

Petit tour d’horizon des indéniables manifestations de talent de ces derniers jours. On note une sévère victoire du rock, du vrai ; celui de bonhomme, qui tâche et qui rote. C’est vendredi, c’est la mixtape et SAM vous embrasse.

 

DIIV – Doused

Il y  peu, DIIV s’appelait Dive, était une vague extension, en plus douée, de Beach Fossils, pompait sur Wavves et reprenait Kurt Cobain. Aujourd’hui, DIIV est un groupe aux guitares post-punk et au romantisme déchirant. Et oui, les choses changent, en 6 jours.
 
 
 
 

Ty Segall Band – Wave Goodbye

Le changement, c’est également quand Ty Segall revient avec un band au son beaucoup plus lourd, qui ne donne plus dans la dentelle mais dans la brique, avec des morceaux de bravoure façon guitar hero qui partent, comme ça, sans prévenir, nous rappelant les plus belles heures de Deep Purple – situées, dans tous les cas, quelque part entre notre puberté et notre désespérance.
 
 
 

Amen Dunes – Ethio Song

Il y a une blague, dans Quand Harry Rencontre Sally : “- Elle m’a emmené dans un restaurant éthiopien. – Ils mangent, en Ethiopie ?”. C’est une blague des années 1980. Aujourd’hui, l’Ethiopie a le vent en poupe, comme le montre cet EP de reprise de ses meilleurs tubes pop.
 
 
 

Buke and Gase – Hiccup

Ceci est un interlude hymnesque qui rappelle les grandes heures de PJ Harvey. Pour l’entonner, c’est simple : il suffit de s’écrier “Hu Hu” toutes les cinq secondes.
 
 

Fergus & Geronimo - Roman Tick

Le changement, c’est également toutes les choses d’ados désoeuvrés qu’on ne fera plus lors d’un premier rencard, dont ce titre égrenne l’implacable liste. 
 
 

Futur of the Left – I Am the Least of Your Problems

Le groupe s’appelle “Futur de la gauche”, ce qui permet de l’inclure dans cette mixtape mais la vraie raison, c’est que “I Am the Least of Your Problems” est l’une des chanson d’amour les plus fiévreuses et les plus ridiculement désespérée qu’on ait entendu depuis bien longtemps.
 
 
 

2:54 – The March

2:54, c’est le duo de filles dont on va beaucoup entendre parler dans les mois qui viennent puisqu’après quelques singles remarqués, leur premier effort éponyme sort le 28 mai sur Fat Possum. 
 
 
 

Icona Pop – I Love It

Enfin, le changement, c’est aussi les ruptures amoureuses, nous chantent ces deux filles faussements énervées qui ont jeté les affaires de leur ex à la poubelle, les mauvaises. Cette petite bouffée d’electro-pop suédo-japonaise peut, qui sait, réussir à nous faire venir l’été. Dans le doute, on danse dans son salon en se demandant, nostalgique, ce que sont devenues une autre rousse et une autre brune chères à notre coeur : le changement amène parfois une certaine nostalgie.
 
 

Tous les commentaires

Les commentaires

Plus de Vu, lu, entendu

Cher openspacer, travailleur acharné du......

Musique le 16/03

« Un bon personnage doit me surprendre et le......

En librairies le 13/02

Dans Tahrir, place de la Libération, Stefano......

Cinéma le 11/02

Les articles les + lusLes Standards de SAM

Ressources humaines

Parce qu’à travers chaque être humain, un espace unique et intime...

Ressources humaines, le 04/05

Actuel

Les équipes de France et d’Allemagne de football s’affrontent ce...

Sport, le 06/02

Videoscope

À l’heure où l’idéal de transparence innerve les discours de...

Videoscope, le 05/03

publicité