Musique

SAM's mixtape #1


Le 16/02

Ouïr sans entraves
electric-guest

Parce que, contrairement à la rumeur, il y a eu un « après » Beatles. Parce que ça fera bien de passer quelques nouveautés à la boum de Ghislain samedi en huit. Parce qu’il y a des gens qui ne parlent pas anglais et pour qui Pitchfork, c’est tin-tin.

Danger Mouse, High Voltage
Electric Guest

A peine signé par le label Because, Electric Guest s’annonce déjà comme the sensation du printemps 2012, entre autres parce qu’à la production de leur premier effort, Mondo (qui devrait arriver par chez nous en avril), on trouve Danger Mouse.

On ne connaît jusqu’à présent que trois titres du duo mais il semblerait que la musique de ces messieurs soit le fruit d’un coït entre Moon Safari de Air et de Vivadixiesubmarinetransmissionplot de Sparkelhorse. C’est tout léger, tout mimi, avec un soupçon de mélancolie parce que tout de même, le réel, tout ça, et c’est à écouter de préférence dans un champ de coquelicots en roulant des patins à Zooey Deschanel.

En concert à la Boule Noire (Paris), le 1er mars.
Le site de Electric Guest par ici

Laisse danser les filles
Little Barrie

Ok, on ne va se mentir : ce n’est pas le disque du siècle et il ne figurera sans doute pas dans le top annuel de Christophe Basterra, sauf si c’est un Top 150. C’est corny comme un fan des White Stripes qui revisiterait la discographie de The Animals. Mais soyons honnêtes. Sur quoi d’autre peut-on décemment agiter sa petite tête coiffée d’un foulard et taper le talon de sa botte en twistant sa minijupe – must have vestimentaires de 2012 – ? Lorsqu’on ne fait pas la mode, la moindre des politesses reste encore de la suivre : et hop

King of the Waves (Modulor)

Nana Surf
Triptides

A l’été 2010, la vague surf-rock avait tout englouti, épargnant à peine quelques opus psyché folk, et le plus horrible, dans tout ça, c’est que des gens écoutaient réellement – je veux dire : réellement – The Drums, le groupe le plus merdique du monde – essayez de dire « merde » en verlan, et vous verrez qui de nous a raison. Aussi, on est un peu passé, vu l’offre pléthorique, à côté de Triptides et de leur très réussi Psychic Summer, une musique de riders de l’écume truffée de joyeuses envolées psychédéliques que ne renierait pas Tame Impala. Il est temps de faire amende honorable : il y a deux nouveaux titres, à télécharger ici.

Three Imaginary Boys
Odonis Odonis

C’est trois gars de Toronto, ils ont décidé que le groupe qu’ils préfèrent le plus au monde, c’est The Jesus & Mary Chain, mais que la chanson la plus puissante de l’univers, ça reste quand même « A Forest » de The Cure. Alors ils ont fait le titre « Ledged Up », qui figure sur un disque navigant entre post-punk et shoegaze intitulé Hollandaze, sorti début 2012 dans l’indifférence générale. Peut-être qu'Hollandaze aurait dû voir le jour en 1984. On peut aussi raisonnablement penser que c’est nous qui sommes nés à la mauvaise époque.

Racket sonore
Tennis

C’est sans doute le single le plus enthousiasmant de ce début d’année. Il a le charme d’un sous-bois, la candeur d’une comptine et la cruauté d’un sortilège. La twee de Tennis, désormais produite par un demi Black Keys – à savoir Patrick Carney –, sera disponible à partir du 14 février sur leur deuxième album, Young & Old, mais pour se procurer « Deep In the Woods », c’est ici que ça se passe.

 

Tous les commentaires

Les commentaires

Plus de Vu, lu, entendu

Cher openspacer, travailleur acharné du......

Musique le 16/03

« Un bon personnage doit me surprendre et le......

En librairies le 13/02

Dans Tahrir, place de la Libération, Stefano......

Cinéma le 11/02

Les articles les + lusLes Standards de SAM

Ressources humaines

Parce qu’à travers chaque être humain, un espace unique et intime...

Ressources humaines, le 04/05

Actuel

Les équipes de France et d’Allemagne de football s’affrontent ce...

Sport, le 06/02

Videoscope

À l’heure où l’idéal de transparence innerve les discours de...

Videoscope, le 05/03

publicité