Pressing

Pressing #14 : Les heures les plus sombres de notre histoire

Par Marion Haudebourg   
Le 29/04

Retour sur l'événement de la semaine et son traitement dans la presse. Pressing de la semaine du 23 au 27 avril. Au programme : Pétain, Le Pen et le République.

« On va être odieux ! » avait prévenu un conseiller de Nicolas Sarkozy dans Le Figaro dès lundi, expliquant que tous les coups seront permis. Et ça n'a pas tardé. Le coup d'accélérateur a produit ses effets le lendemain, la presse de gauche convoquant « les heures les plus sombres de notre histoire » (les fameuses). En noir et blanc, avec pour seul sous-titre « Nicolas Sarkozy, 24 avril 2012 », Libération solennise à outrance la phrase « Le Pen est compatible avec la République » pendant que, le même jour, L'Humanité souligne la proximité entre le discours de Nicolas Sarkozy sur le « vrai travail » et le rôle des « corps intermédiaires » avec celui de Pétain en 1940 sur la représentativité « fallacieuse » des « équipes syndicales ». 

Même s'il ne s'agit là que de phrases prononcées par les intéressés, les ténors de la majorité, comme on dit pour être sympa (les grandes gueules en fait), ont décidé que c'en était assez de cette presse gauchiste à la solde du pouvoir à venir. Jean-François Copé commence par trouver que Libération « travestit » les propos de Nicolas Sarkozy. Xavier Bertrand aimerait d'ailleurs que Libération soit « imprimé en rose ». Notons que l'avantage du Figaro, c'est d'être déjà imprimé en bleu. Parce que l'UMP se plaint assez peu du fait que du côté de chez Etienne Mougeotte, « on n'emmerde pas la droite ». Et à la radio, c'est pareil. Si on ne trouve qu'Eva Joly pour se plaindre de Jean-Pierre Elkabbach, Henri Guaino doit se « farcir Pascale Clark » le matin sur France Inter. 

Il y a cinq ans, Sarkozy avait su utiliser les médias et les séduire. Aujourd'hui, les journalistes ayant changé de cheval, l'UMP ne supporte pas la critique. Et la presse se retrouve fustigée, au même titre que les syndicats, dans ces fameux « corps intermédiaires » qui parleraient à la place de la « majorité silencieuse ». Finalement, on en vient à se demander si le meilleur à attendre d'une présidence de François Hollande, ce ne serait pas de voir Le Figaro en leader d'opposition

 

Tous les commentaires

Les commentaires

Plus d'actuels

Lu dans Le Monde ...

Lu ailleurs le 12/02

Retour sur l'événement de la semaine et son......

Pressing le 13/05

Retour sur l'œuvre de Jean Giraud Moebius,......

Les gens le 14/03

Les articles les + lusLes Standards de SAM

Ressources humaines

Parce qu’à travers chaque être humain, un espace unique et intime...

Ressources humaines, le 04/05

Vu, lu, entendu

Le 18 août 1973, le fourgon d’une bande de jeunes gens tombait en...

Cinéma, le 17/08

En images

Anderson Cooper est à CNN ce que David Pujadas est à France 2 : la...

Instantané, le 24/04

publicité